Ça n’arrive pas qu’aux autres !

⚠️[Ça n’arrive pas qu’aux autres]⚠️

 

Une journée classique s’est déroulée pour moi ce Mercredi 17 Janvier 2018 !

Rentré du travail, pas besoin d’aller chercher mon fils chez la nounou, car ma femme avait sa journée pour pouvoir profiter pleinement de notre bébé de 10 mois. Je peux donc jouir du peu de temps que j’ai avec lui pour jouer, faire le bain et hop il est déjà au lit !

Nous discutons avec ma femme de la pluie et du beau temps, tout en préparant mes affaires pour me rendre à ma deuxième activité de pompier volontaire.

Une règle d’or chez moi : me déplacer dans ma ville uniquement en vélo sauf contrainte de transport de matériel lourd !

Ayant récemment écrit un article sur les règles de sécurité en course à pied la nuit, je suis d’autant plus sensible à les respecter en vélo.

Je suis paré à prendre la route et faire ce trajet de 15min qui me sépare de la caserne.

Un petit bisou d’au revoir, le traditionnel « tu m’envoies un message quand tu es arrivé ! » et me voilà parti, tel un sapin de Noël, sur mon vélo.

Il fait nuit, la pluie s’est arrêtée de tomber, je me dis que c’est mieux ainsi cela m’évitera d’avoir à faire sécher mes affaires en arrivant…
Etant très frileux, je suis équipé de la tête au pied, j’ai même des gants de moto, qui font sourire certains collègues…

Me voilà rendu dans cette grande montée… Celle qui me fait suer du dos et qui pique les cuisses arrivé en haut, les seules pensés qui me traversent en temps normal sont, « c’est pas grave ça te fait travailler ton dénivelé pour tes Trails… »

Sauf que ce soir là, je n’arriverai jamais en haut de cette côte…

Une voiture me tape par l’arrière à une vitesse de 70 km/h environ, ma tête tape contre la voiture, j’arrache un rétroviseur ainsi qu’un bout de pare-chocs et me retrouve projeté dans le fossé qui borde la route !
Prenant son courage à deux mains l’automobiliste prend la fuite et me laisse complètement apeuré sur le bord de cette route !
L’herbe est humide, je me demande ce qui m’arrive… Où suis-je ? Pourquoi à moi ? Pourquoi à moi qui possède tous les équipements de protection et de signalisation de ma présence ?

Je suis envoyé par les pompiers, mes collègues, rapidement aux urgences. Je m’en sors avec un traumatisme crânien bénin, une entorse des cervicales et de multiples contusions.

Ce jour là, mon casque m’a peut-être sauvé la vie, que j’aurais pu perdre à tout juste 30 ans…

Si j’ai écrit ce texte ici, c’est pour en garder une trace à tout jamais, pour remettre une couche sur la sécurité routière à vous tous qui lisez mes articles.
Je souhaite que vous transmettiez ce message, à toutes les personnes que vous connaissez qui se déplacent en vélo, comme moi, chaque jour de l’année.
Et enfin vous dire que ça n’arrive pas qu’aux autres !

Portez-vous bien !

 

« Ce qui va sans dire va souvent mieux en le disant » Nathalie Bouvard-Laquerriere du groupe Facebook BlaBlaRun

2 commentaires sur “Ça n’arrive pas qu’aux autres !

  1. C’est en effet une belle piqure de rappel pour ceux qui négligent l’importance d’être visible de tous. La preuve en est, quand bien même tu mets toutes les chances de ton côté. Prends soin de toi et remontes vite à vélo. Courage

    1. Oui tu as tout à fait raison Vincent ! Malgré tout, le vélo route c’est terminé pour moi je me déplacerai par les chemins en VTT au moins là si je me vautre c’est de mon fait et je ne dépend pas de la vigilance des autres… C’est ce qu’on appel le stress post traumatique il me semble non ? 😉

Laisser un commentaire