Je sais que tu as lu tous les CR que tu as trouvé sur le net su sujet du Trail de la réunion !

Que tu as vibré, en te disant « moi aussi j’y serai un jour… » ou en mode nostalgique pour ceux qui l’ont déjà parcouru…

Mais la je vais te parler du Trail du Scorff ! 46.300 km pour 1400 de D+ ! Je vois déjà les montagnards se marrer en mode « c’est quoi cette course aux allures de terrain de golf… » !

Et pourtant…

profil scorff

Changement d’heure oblige, nous dormons une heure de plus ! Un avantage me diras-tu… et bien non ! J’ai stressé toute la nuit que mon portable ne change pas d’heure automatiquement et que je rate le réveil ! Bénéfice de l’heure en plus : 0 !

 

La veille j’ai par contre été plus raisonnable que lors de mon précédent Trail long en m’accordant une seule petite bière à l’apéro. Madame a une envie de Croziflette, un genre de tartiflette sans pommes de terre mais avec des Crozets. Je ne suis pas sûr que ce soit recommandé dans les plans de nutrition mais je ne suis pas à ça près…

Réveil donc à 6h pour être large, petit déj en mode pain complet miel café et roule c’est parti !

Arrivé 1h plus tard à Cleguer (56), une petite pluie nous accompagne, très bien on aura moins chaud ! Retrait des dossards qui se fait rapidement, pendant que le speaker test le son en mode 1-2 1-2 1-2 ! La fête est lancée !

Miracle je suis équipé, crémé, maquillé (ou pas…), 20min avant le départ ! Je n’aurai pas besoin de taper un sprint avant le départ ce coup-ci…

Départ classique, avec l’élite devant, c’est ma nouvelle technique, je pars devant sans me faire aspirer je cours à mon rythme ! Inconvénient je me fais doubler durant un bon moment ! Avantage si il y a un endroit avec risque de bouchon je ne resterai pas planté sur place pendant trop longtemps.

Le départ est plutôt roulant ce qui étire bien le peloton ! Dès le départ plus personne ne parle, cela annonce un parcours difficile et ceux qui l’ont déjà fait le savent et s’économisent ! Gégé la locomotive (un baroudeur qui nous aura traîné sur quelques kms) nous l’annonce: attention au 30eme les gars !

OK donc il faut que j’en garde sous la semelle.

Comme à mon habitude, et comme tout le monde d’ailleurs, je cours dans les descentes et le plat et marche dans les montées. C’est la stratégie à tenir jusqu’au bout !

Nous gravissons une énième côte exigeante mais celle-ci en valait encore plus la peine car une dizaine de spectateurs, très chaleureux, nous encouragent et nous félicitent ! Je me crois en haut du tour mallet ! Me voilà regonflé à bloque ! Merci à vous !

Chateau de manehouarn

C’est au château de Manehouarn au 20eme km que nous prendrons notre premier ravito, le galant speaker interview les dames et les accompagne un petit bout de chemin. La gente masculine ne manque pas de charrier le favoritisme évident, un bon moment de rigolade !

Pour moi tout va bien. Je suis content les jambes sont là. Je m’alimente en mode TUC/Fromage la classique !

5kms plus loin coup de barre, plus de jambes, je freine la machine et me fais doubler +++ ! Cela va durer un bon moment. Le parcours très technique, que j’adore en temps normal, me fait pester au possible !

Jusqu’au moment où je me fais doubler par Agnès Lamarre, qui court sous les couleurs du magasin Run&Swim de Quimper, chez qui je me fournis principalement. Je la reconnais et je me dis « faut que tu t’accroches c’est un métronome, elle va t’envoyer au bout ».

Je tiens, je tiens, je tiens ! Nous doublons un paquet de coureurs que je pensais ne jamais revoir. Cela même qui m’ont doublé pendant ma période dans le dur !

Les montées très raides s’enchaînent, les mollets chauffent dur ! Il faut que je travaille ces montées, je me rends compte que c’est mon gros point faible !

Lors d’une montée justement, un coureur ayant bien plus d’expérience que moi me partage que cette course est plus dure qu’une course de montagne du fait de l’alternance montées/descentes ! Cela me rassure pour mes prochains défis montagnards… Parfait !

Toujours avec Agnès, nous papotons c’est idéal; le temps passe vite et on avale les kms !

Ravito du 32eme nous voilà ! Agnès ne traîne pas, moi je prends un peu plus mon temps, 2 verres d’eau pétillante TUC et… pas de fromage ! C’est reparti ! J’essaye de rattraper ma locomotive, j’y arrive au prix d’un effort conséquent qui j’espère ne va pas me griller pour la fin… Me voilà raccroché !

5kms plus loin, 3eme et dernier ravito (il sera venu vite celui là), impossible de manger quoi que se soit au risque de rendre tout à dame nature. Je repars donc le ventre un peu ballonné !

La sentence tombe ! Je n’ai pas mangé + surrégime à certains moments, je n’arrive plus à tenir Agnès, c’est donc seul qu’il faudra finir les 10 derniers Kms !

menhir scorff

Quelques passages sympas sur cette portion, des petits tunnels avec ruisseaux qui rafraîchissent les pneus. C’est agréable !

Je regarde ma montre toutes les 2min pour voir si je suis prêt à arriver ! J’entends le speaker, je ne dois plus être loin !

J’aperçois l’arche d’arrivée, je regarde ma montre, 5h50… Yes objectif moins de 6h atteint !

Surprise Agnès m’attend à l’arrivée et me félicite chaleureusement, avec un grand sourire ! C’est ça que j’aime dans ce sport ! On ne s’était jamais vu avant et là j’ai le droit à une bize et des félicitations à l’arrivée ! Génial ! Un grand merci pour ce moment de partage !

Je finirai en 5h52 cette épreuve à la 108eme place sur 256 ! Ce qui est une performance pour moi.

Pour terminer, je dirai que les organisateurs nous ont gâtés d’un parcours très technique, et exigeant musculairement. Le balisage était au top, même dans les passages en pleine forêt sans réelle trace bien définie. Les ravitos étaient fournis de tout ceux dont on a besoin pour terminer ce genre d’épreuve. Bref, une organisation au top ! Un grand merci à tous les bénévoles qui nous on tous gratifiés de leurs sourires !

A l’année prochaine !

PS : Mes excuses mais il n’y aura pas de film pour ce Trail ! Les films reprendront en 2018 quand j’aurai investi dans du bon matériel ! Plusieurs scénarios sont en cours de préparation dans ma ptite tête ! 😉