Trail par temps froid en hiver ? Quel équipement ?

par | 27 Nov 2020

Chaque hiver c’est pareil, on a de moins en moins envie de mettre le nez dehors parce que :

ÇA CAILLE BRODEL !!!

Mais pour progressez en Trail, il va bien falloir y aller les amis !

Pour améliorer ses performances en Trail, il va falloir être régulier comme on l’a vu dans cet article. Pas le choix, courir par tous les temps fait partie des inconvénients du traileur.

Même si je n’arrête pas de dire à mon fils « il n’y a pas de mauvais temps, il y a que des mauvais équipements »… Ne nous faisons pas passer pour des commandos marine : Courir sous la pluie avec 2° au compteur ce n’est pas le plus marrant, loin de là !

Mais bon quand faut y aller… faut y aller…

En connaissant quelques fondamentaux, on peut finalement s’en sortir pas trop mal et même se dire qu’on y retournerait bien !

Plaisir et Trail dans le froid : Compatible ?

L’être humain est toujours à la recherche de la simplicité. On a inventé tout ce que l’on a autour de nous uniquement dans le but de se simplifier la vie.

Pour faire du trail, on aimerait bien pouvoir courir tout le temps en short, t-shirt, mais… en France ce n’est pas possible !

Nos amis montagnards ont même des Trails Blanc par chez eux…

S’ils devaient s’arrêter de courir à la saison des neiges ce serait un coup dur pour beaucoup. Alors c’est dur, c’est rude, mais ça se fait !

Attention tout de même lors des entraînements où vous devez aller vite (fractionné, seuil…) à choisir un terrain qui sera stable et non glissant.

Pour ce qui est du reste des entraînements en footing ou sortie longues. Rien ne change !

Se couvrir stratégiquement en Trail

En tant que Traileur ayant le Syndrome de Raynaud, je peux vous dire que je cherche absolument à éviter à avoir froid.

Le pire n’est pas d’empêcher le corps d’avoir froid, mais de le réchauffer !

Le froid va d’abord s’attaquer à vos extrémités, car ce sont les parties du corps où l’afflux sanguin est le plus mauvais.

Le corps se dit qu’il vaut mieux irriguer les fonctions vitales (poumons, coeur, cerveau…) sans lesquelles il est impossible de vivre… Alors qu’on peut vivre sans mains…

La mission c’est donc d’éviter au maximum à votre corps d’avoir à faire le choix de qui il doit irriguer en premier et pour cela il faut préserver vos veines du froid…

Les mains

Sur l’Endurance Trail des corsaires 2020 (voir ma vidéo), nous avons eu des conditions météo particulièrement rudes (pluie, vent, grêle, neige…) !

Heureusement, j’avais l’expérience d’un autre Trail (le Glazig 2017) sur celui-là j’ai eu tellement froid que je n’arrivais plus à ouvrir mes flasques…

Une fois que vos mains sont refroidies, c’est une galère pour les réchauffer alors vaut mieux bien les protéger directement.

Pour cela, il faudra utiliser des gants et/ou des moufles, c’est indispensable. Personnellement, j’utilise de très bons gants spécialisés dans le Trail.
N’hésitez pas à mettre le prix, il vaut mieux dépenser 5€ de plus et être tranquille sur vos sorties froides.

L’option de certains gants avec un mode « moufle » pour se protéger du vent est de la pluie est parfois même nécessaire.
Raidlight propose même un surmoufle. Ce produit permet d’avoir une couche d’air isolante supplémentaire. Mais aussi de protéger complètement vos mains du vent et de la pluie.

La tête

Savez-vous que 30% des pertes de chaleur se font par la tête ?

C’est un endroit du corps à protéger impérativement !!!

Pour cela plusieurs options : Bandeau, bonnet, casquette… Il y en a pour tous les goûts.

Quand les conditions ne sont pas trop moches, je privilégie ma traditionnelle casquette Forest Gump.

Sinon quand ça se corse, j’ai découvert ce bonnet il y a peu de temps et c’est mon meilleur allié contre le froid. Il retient aussi très bien la transpiration.

Les pieds

Si je ne suis pas fan des chaussettes étanches, je recommande tout de même de bien vous protéger les pieds.

En trail, surtout l’hiver, on aura les pieds probablement mouillés. Normalement, en courant les pieds se réchauffent assez bien étant donné qu’ils sont en mouvement permanent.

Pour les aider à se maintenir au chaud, il y a quand même 2-3 choses à savoir.

En dehors des périodes hivernales, j’utilise ces chaussettes qui font très bien le boulot.

L’inconvénient c’est qu’elles sont très fines et donc une protection contre la chaleur pas optimale.

En période de froid, j’aime bien ce modèle qui est pour moi très efficace. Je ne suis pas un grand admirateur des chaussettes qui montent très haut. Question d’habitude !

Pour aller plus loin dans la protection de vos pieds, vous pourrez utiliser des chaussures de Trail en Gore-Tex. Ce sont les chaussures avec l’inscription GTX.

Je ne les ai pas testées, mais j’ai eu de très bons retours des chaussures Salomon Spikecross 5 GTX. Elles sont destinées aux Trails Blanc donc vous protégeront les pieds dans des conditions très humides.

Une, deux ou trois couches pour courir en trail l’hiver ?

Maintenant que vous savez quoi mettre et où sur les extrémités, on va comment se couvrir le reste du corps. C’est quand même une grande surface à recouvrir et utiliser des équipements adaptés quand il le faut est nécessaire.

Alors, voyons la technique des trois couches.

L’important c’est l’air

Qu’est-ce qui isole du froid ? Et bien c’est la couche d’air qui se forme entre les différents équipements.

Voyez ces endroits comme des sas de stockage d’air. C’est le même principe que les fenêtres double ou triple vitrage. Plus il y a de couches et plus c’est isolé du froid et du bruit.

C’est le même principe contre la chaleur. Sur une tenue de feu de pompier ce qui isole du chaud c’est la capacité de la tenue à conserver les différentes couches d’air. Pour avoir déjà pris la main d’un collègue sur l’épaule après un gros feu, je peux vous dire que quand ces couches disparaissent on le sent…

 

Votre corps produit de la chaleur : il faut la garder !

C’est la fameuse première couche ou « seconde peau » ! Elle sera collée au corps. Sa seule mission est de conserver la chaleur fabriquée par votre corps en évacuant la transpiration.

Pour moi le meilleur produit qui remplit ce rôle est le modèle Odlo Ceramicool Blackcomb, cela fait 2 ans que je l’utilise et il n’a pas bougé d’un poil et remplit parfaitement sa mission. Voir d’autres modèles ici.

Utilisation courante d’une seconde couche en trail

En hiver en trail, il y a deux composantes à prendre en compte : le froid et la pluie.

On a réglé le problème du froid dans le premier point avec la « seconde peau ». Maintenant, voyons comment on fait en cas de pluie.

C’est là que la veste de protection imperméable entre en jeu.

Attention !!! J’attire votre concentration extrême sur ce point. On fustige trop souvent les vestes imperméables de Trail, car elles ne seraient pas assez « respirantes » et que l’on est autant mouillé dedans (à cause de la transpiration) que dehors…

Quand il pleut vraiment, je peux vous garantir que l’on est bien content qu’une veste ne soit pas respirante.

On utilise un peu trop facilement la veste imperméable. C’est normal, on est chez soi au chaud, dehors il fait froid et il pleut quelques goûtes alors on veut forcément utiliser notre nouvelle veste imperméable de Trail.

Sauf que cette veste n’est pas faite pour être utilisée sous une petite pluie, mais bien pour vous protéger en cas de grooooossse rincée ! Alors on a chaud… et on râle parce qu’elle n’est pas « respirante ».

Voilà les modèles de veste que je vous recommande :
Evadict veste imperméable de Trail pour les petits budgets elle fera un très bon premier achat.
Pour les budgets plus conséquents, la Cimalp Storm pro 3 est vraiment géniale (la bleue est magnifique).

Pour les conditions hardcores en trail : la troisième couche

Avec ces deux premières couches, vous allez couvrir les conditions météo déjà rudes que l’on peut rencontrer en Trail.

Maintenant, il se peut que vous deviez passer un col de nuit, sous la neige, par -15 avec du vent…

Là ça risque d’être juste… Il y a une solution : la troisième couche !!!

Cette troisième pourra être une deuxième « seconde peau » ou bien un coupe-vent en fonction de votre matériel que vous avez déjà et de vos goûts.

Lors de mon GR20 en 5 jours, j’ai utilisé cette veste polaire chaude qui est un vrai bijou.

Vous l’aurez compris la troisième couche est une couche à utiliser en option en fonction des conditions météo.

 

On met quoi en bas en Trail l’hiver ?

L’une de mes erreurs principales sur l’Endurance Trail des Corsaires c’est de ne pas m’être couvert le bas suffisamment.

Ce n’est pas comme si je n’avais pas les bons équipements en plus…

Le problème c’est que personnellement courir en pantalon, ce n’est pas du tout ma tasse de thé !

Alors je suis tout le temps en short.

Sauf que le froid et l’eau ont pétrifié mes muscles.

J’apprends de mes erreurs, apprenez des miennes : couvrez-vous le bas quand c’est nécessaire !

La première couche en bas c’est le collant long. Il y en a des plus ou moins épais. Comme je ne les utilise QUE quand il fait VRAIMENT froid et bien, j’en ai un épais. Il est assez cher, mais tient très bien dans le temps et remplit très bien son rôle de protection contre le froid, sans occasionner de frottements désagréables. C’est le collant long Skins Coldback compression.

Quand il pleut, il faudra ajouter un pantalon de pluie imperméable. C’est un équipement qui ne sert pas souvent en trail soyons honnête.
Malgré tout quand on en a besoin il faut un équipement qui fait du bon travail. Le pantalon Evadict Trail est largement suffisant.

Le maitre mot en trail l’hiver : S’adapter !

Ça chiffre tout ça mon dieu !!!

Oui vous avez bien raison…

La bonne nouvelle c’est que ce sont des équipements que l’on peut ranger dans la case « investissement ». Ils seront utilisables plusieurs saisons consécutives surtout si on achète du matériel résistant.

On est aussi en train de parler de votre sécurité. En cas de mauvaise chute et qu’il vous faut attendre les secours avoir du matériel de bonne qualité peut littéralement vous sauver la vie. Rien que ça !

Alors, équipez-vous au fur et à mesure. S’équiper chez Décathlon avec leur nouvelle gamme Evadict est une bonne option et une fois que vous êtes sûr que le Trail est votre passion et que vous allez braver les éléments en montagne lors d’un ultra-trail alors montez en gamme.

Bon run hivernaux à tous 🙂

Accessible pour une durée limitée :

François HINAULT

François HINAULT

Créateur de contenu sur le Trail Running

Depuis 2015, j’aide les Traileurs à progresser dans leur passion. 

Je partage mes conseils, des tests matos et mes aventures en vidéos et articles de blog.

J’aime le débat, l’échange d’idées de façons bienveillantes mais j’ai horreur de l’injustice et de l’agressivité.

J’adore également le voyage et rencontrer d’autres personnes même si je suis d’un naturel plutôt timide.

Fier de ma région, je porte le drapeau Breton sur moi lors de tous mes trails.

Depuis Septembre 2020, je suis aussi Ambassadeur pour La Clinique Du Coureur Europe.

0 commentaires

Laisser un commentaire