Le sujet divise !

À ma gauche, les pépères de l’entraînement « au feeling » en mode « on verra bien » !

A ma droite, les analystes de la moindre métadonnée qui ne peuvent rien laisser au hasard !

Tu te reconnais peut-être dans une de ces catégories ?

Je vais te détailler mon point de vue sur le fait d’être dans l’une ou l’autre ! À la fin de cet article, j’espère que tu sauras te placer en conscience dans la catégorie qui te correspond le plus…

OU dans aucune des deux comme moi… Je t’explique ça tout de suite, mais avant ça fil télécharger mon e-book qui te donnera 15 conseils pour courir plus vite.

C’est bon ? C’est fait ? Let’s Goooo !

 

Le baba cool du Trail

Le gars se fait déjà tellement contraindre toute l’année par son boss, ses horaires, sa femme Jeannette qui lui dit quoi faire et comment manger…

Alors c’est bon ! Il ne va pas non plus se mettre des contraintes de mode d’entraînement !

Devoir aller courir autour d’une piste, les yeux n’ayant que la montre en ligne de mire, cardiofréquencemètre comprimé autour de la poitrine…

ATTENTION un battement de cœur de trop, calme-toi !

ATTENTION un battement de cœur de moins, accélère !

Non, ça ce n’est pas sa tasse thé !

Sa vision de l’entraînement

Pour préparer n’importe quel objectif, aussi gros soit-il, il ne fera pas de programme, car « ça l’a bien fait jusque là, il n’y a pas de raison que ça change ! »

L’argument se tient dans le fond !

Lui il souhaite juste aller se défouler en nature seul ou entre copains ! Le fractionner ce n’est souvent pas son truc !

À coup sûr, il ne faisait pas de route avant, ou à l’inverse il a eu un trop-plein de bitume dans les godasses.

Oui, pour lui l’entraînement veut dire liberté !

Et comment avoir sa liberté, quand une montre qui sonne et parfois vibre toute les 30 sec pour nous dire quoi faire ? Telle dame Jeannette qui viendrait nous mettre un coup derrière la nuque pour nous faire comprendre qu’on ne mange pas la bouche ouverte !

Sa vision de la performance

L’objectif de ce traileur pépère, c’est d’arriver au bout et de boire la bière prévue à l’arrivée !

Aucune ambition de chrono, juste arriver en bonne santé.

Si possible, finir devant Mich qui lui a mis la misère au trail du village l’année dernière !

À quoi ressemblent ses séances

90% du temps ce sont des sorties footing en nature. Seuls la durée et le dénivelé changent.

Des connaissances sur les autres types de séances ? Il les a bien souvent !

Il connait le vélo, le fractionné, le seuil, le renforcement musculaire, les séances de côte, de casse de fibre…

Ces termes ne lui sont pas inconnus, loin de là !

Par contre, organiser et structurer tout ça dans un programme sur plusieurs semaines… là, c’est plus compliqué !

À vrai dire, c’est normal, il ne l’a jamais fait et ça ne l’intéresse pas !

Et puis, il a bien testé une fois un programme sur le site de Kalenji, mais il n’a pas tenu deux semaines alors la merde…

Le portrait du baba cool de la godasse étant maintenant dressé.

Passons à notre ami métaphysicien de père en fils.

 

L’ingénieur analyste expert en science des chiffres

Là, on rentre dans un autre monde.

Pour ce profil, l’entraînement doit-être optimisé ! Déjà par manque de temps !

Une séance doit être « rentable » sinon ça ne sert à rien de la faire et de perdre son temps !

Chaque séance est millimétrée, comme le reste de sa vie bien souvent.

Quand il y a un anniversaire surprise à organiser, c’est lui que l’on contacte ! Tout le monde sait que ça va se dérouler au poil de cul ! Les petits fours vont arriver chaud de la cuisine, juste au moment où les inviter vont rentrer dans la salle ! Et la star du jour se souviendra de sa journée longtemps !

Bon je m’égare et je force le trait un peu, juste un pti peu… 🙂

On reprend…

Il est équipé de toutes les technologies permettant d’étudier sa sortie et SURTOUT il s’en sert !

Sa vision de l’entraînement

Une semaine de programme rentre dans un bloc, qui s’articule judicieusement avec d’autres blocs pour former au final une programmation minutieuse sur 6 mois !

Durant ces 6 mois, il ne ratera absolument aucune séance sa rigueur étant sans faille !

Au lendemain de Noël, il ira faire son 30/30 sous la neige quoiqu’il arrive !

Il est heureux et se sent bien en restant dans ce cadre défini par ses soins.

C’est comme ça qu’il fait depuis tout petit d’ailleurs !

Probablement membre d’honneur de l’UNSS athlétisme de son lycée, il n’a jamais raté un cross et connait tout naturellement ses temps de référence sur toutes les disciplines stade et hors stade !

Sa vision de la performance

Alors là on est face à un type qui n’est pas là pour acheter du terrain !

Il ne sera jamais loin de l’arche de départ et s’échauffera toujours, même avant un départ d’ultra trail !

C’est le goût du sang dans la bouche qu’il finira, avec une légère nausée en bonus de temps en temps !

Le gars donne tout !

C’est important ! Encore une fois, pourquoi venir si c’est juste pour participer ? Autant aller courir tout seul ! Ça s’appelle bien une « course » non ? Alors, faisons la course !

À quoi ressemblent ses séances

Il connait forcément tous les types de séances et variantes qui peuvent être amenées à chacune d’entre elles.

Parfois accompagné d’un coach qui se prend pour le Philippe LUCAS de la course à pied.

L’objectif est de respecter chaque seuil, chaque temps de récupération, chaque mètre prévu par le programme, parce que c’est notre PROOOJJJEEEEEETTTTT !

Rien n’est laissé au hasard !

 

Voilà un dressage de deux portraits dans lequel tu te retrouveras peut-être !

Note d’usage : Je force le trait volontairement pour apporter un ton légèrement humoristique à mon article, ne pas s’offenser !

 

Ma proposition de profil

Il est vrai qu’on a tous des contraintes sociaux-professionnelles et que s’en ajouter dans son sport ça ne fait parfois pas envie du tout !

Pourtant, un joyeux mixe de ces deux profils est à mon sens le bon compromis.

Entre équilibre et passion ! Cela permettra de garder le goût de l’effort durant des années.

Alors, voyons ensemble comment on peut organiser tout ça.

Ma vision de l’entraînement

Le cœur de l’entraînement c’est le plaisir ! Sans plaisir, il n’y a pas de durée !

Le corps va naturellement, instinctivement, tendre vers ce qui nous donne du plaisir !

Imagine-toi en train de te balader dans la forêt, ça fait 3h que tu marches, tu n’as rien sur toi et tu commences à avoir faim.

Tout à coup, au détour d’un chemin tu croises une pomme bien rouge et brillante dans un arbre qui est juste à ta portée. À la même distance de toi, se trouve une vieille charogne toute pourrie morte la veille en train de se faire bouffer par les mouches !

Instinctivement, tu vas aller vers la pomme ! Pas besoin d’aller goûter la charogne pour savoir qu’elle ne t’apportera pas de bonheur !

Là où je veux en venir pour l’entraînement…

Si un type de séance t’emmerde au plus profond de toi, ne le fais pas ! Je ne parle pas de la séance où tu dois juste te forcer un peu et après tu es content de l’avoir fait ! Non non, je te parle de la séance qui même une fois fini tu te dis « c’était pas terrible aujourd’hui » !

Le plaisir ! LA chose primordiale à prendre en compte lors de tous tes entraînements.

Ma vision de la performance

Terminer un trail c’est génial (ça aurait pu être un slogan publicitaire dans les années 90) !

Surtout quand on devient finisher d’une distance que l’on n’avait encore jamais parcourue !

Le passage sur la ligne d’arrivée produit cet effet magique de la vision instantanée des mois d’entraînement écoulés et des sacrifices faits pour avoir les capacités physique et psychique d’en arriver là.

Franchir la ligne est donc une victoire non négligeable.

Il arrive un moment, où franchir la ligne peut ne plus suffire à sa satisfaction personnelle. Pour tout un tas de raisons propre à chacun.

Alors dans ce cas, essayer de se challenger soi-même en se mettant un objectif de chrono ou de classement est un bon moteur à la motivation.

À quoi ressemblent mes séances

Jamais une semaine ne ressemble à une autre !

La seule chose que j’essaye de m’imposer c’est la séance en club du mercredi soir… et encore j’ai souvent des empêchements !

Après avoir analysé les intérêts et la façon de faire des programmes, je m’y suis naturellement m’y aussi.

Mais attention ! Je n’utilise pas de cardiofréquencemètre ni de % VMA à calculer pour voir si j’ai la bonne allure !

Ça non ! Certainement pas !

Si j’ai un empêchement pour réaliser la séance qui était prévue, alors je vois comment articuler le reste de la semaine pour essayer de la caler. Et si ce n’est pas possible et bin… tant pis ça fera une, 2 ou 3 séances en moins sur le programme ! Et alors ? Rien de bien méchant !

Un programme oui ! Mais avec dedans des séances qui TE font plaisir, quand ça TE fait plaisir !

 

J’espère que ces quelques lignes t’auront aidé à y voir plus clair dans ce merveilleux monde des programmes !

Si oui, n’hésite pas à partager l’article à un ami que tu verrais bien dans une de ces descriptions.

Et si ce n’est pas déjà fait, tu peux aller télécharger mon e-book qui te donnera 15 conseils pour courir plus vite.

À bientôt

François 🙂

%d blogueurs aiment cette page :